Les choix des libraires
        - Dans la catégorie : beaux-arts

Le Wok Machine à Lire guide vos lectures

Les choix des libraires


Revue « 6 Mois », éditions des Arènes

Revue « 6 Mois »

éditions des Arènes
352 pages
25,00 Euros

Semestriel
Six mois.jpgTrois ans après la création de la revue XXI, son équipe de journalistes revient avec une toute nouvelle revue de photojournalisme, la revue « 6 mois ». À travers 800 photographies et 12 portfolios, cette revue fait la part belle aux reportages aux 4 coins du globe, servis par des photographies d’une grande qualité. Au sommaire de ce premier numéro : la Chine, l’Angleterre, Haïti, la Guinée-Bissau, l’Irlande ou encore le reportage très émouvant de Darcy Padilla, photographe américaine, qui a suivi pendant 17 ans Julie Baird, jeune mère séropositive et droguée, jusqu’à sa mort en 2010.
Une revue dont nous attendons avec impatience les prochains numéros.


« L’affiche de poésie 1990 2010″, Didier Vergnaud

« L’affiche de poésie 1990 2010″, Didier Vergnaud

éditions Le Bleu du ciel
200 pages
40,00 Euros
affiche-poesie.jpg« Mettre la poésie debout » a dit Bernard Heidsieck. La mettre debout, la mettre dans la rue, dans l’espace public, c’est cela « L’affiche, revue murale de poésie ». Pendant vingt ans, de 1990 à 2010, les éditions le Bleu du ciel ont proposé à cent auteurs et plasticiens de croiser leur univers pour investir abribus et panneaux publicitaires et installer la poésie et l’art contemporain là où on ne les attend pas. Un an après la publication de la dernière des 69 affiches, ce livre retrace cette aventure à travers des critiques, des témoignages et bien sûr la reproduction de l’ensembles des affiches publiées.


« Leçon de photographie » Stephen Shore 19.95 euros

« Leçon de photographie » Stephen Shore

éditions ACDP
19,95 €
Stephen shorePhotographe américain, Stephen Shore explore dans cet ouvrage les différentes façons de regarder et de comprendre la photographie.
Toutes les époques de l’histoire de la photographie y sont abordées, de la photographie de rue à la photographie d’art, en passant par les photographies d’anonymes.
Ce manuel très documenté est un incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à ce domaine ou qui souhaitent aiguiser leur sens artistique.


« Just Kids » Patti Smith

« Just Kids » Patti Smith

Éditions Denoël
336 pages
20,00 Euros
Les souvenirs de jeunesse de Patti Smith apportent un nouvel éclairage sur la scène artistique new-yorkaise des années 70. De sa rencontre avec Robert Mapplethorpe jusqu’à la mort de celui-ci vingt ans plus tard, la chanteuse nous parle de leur parcours en commun et en parallèle, leurs passions amoureuses et artistiques, leurs rencontres parfois flamboyantes ou décadentes et leurs travaux toujours intimement liés à leur vie privée. Un fourmillement de création dans un New-York cosmopolite et talentueux où certains ont brûlé leurs vies. « Just kids » est là pour les prolonger.


« Jean-Luc Godard, dictionnaire des passions », Jean-Luc Douin

« Jean-Luc Godard, dictionnaire des passions », Jean-Luc Douin

Éditions Stock
462 pages
25,00 Euros
En complément de la biographie d’Antoine de Baeque parue en début d’année, ce véritable dictionnaire nous propose de multiples entrées dans le travail complexe du cinéaste. Réflexions sans fins sur le monde et l’image, projets en perpétuelle évolution, travaux parfois aboutis mais invisibles, la carrière de Godard est vue ici sous un angle kaleïdoscopique, montrant une œuvre protéiforme, tentaculaire et qui, il faut bien l’avouer, nous échappe encore dans sa globalité.


« Huchet », photographies de Martine Chenais texte d’Isabelle Disquay et François Faure.

« Huchet », photographies de Martine Chenais, texte d’Isabelle Disquay et François Faure

Éditions Accés direct à la plage
non folioté
55,00 Euros
Ce magnifique livre est le résultat de la rencontre et du coup de foudre de la photographe Martine Chenais avec ce lieu géographique rare et mouvant qu’est le courant du Huchet dans les Landes. Les photographies et la mise en page soignée sont complétées par une partie botanique.
Une édition rare.


« Classic Africa », Michael Poliza

« Classic Africa », Michael Poliza

Éditions TeNeues
non folioté
98,00 Euros
Photographe reconnu, Michael Poliza est spécialisé dans les représentations naturalistes, et plus spécialement celles de l’Afrique ou de l’Antarctique. Son dernier ouvrage n’échappe pas à cette règle car il est un nouvel hommage au continent africain à travers sa faune, l’une des plus variées au monde. Les magnifiques photographies, en noir et blanc saisissent parfaitement la beauté et la diversité des animaux de ce continent, mais elles nous alertent aussi sur la fragilité de notre éco-système.
Un véritable safari-photos pour les amoureux de la nature.


« Chanel », Jean Leymarie

« Chanel », Jean Leymarie

Éditions de la Martinière
260 pages
59,00 Euros
Chanel, un nom mondialement connu, un mythe même qu’il n’est plus besoin de présenter. En revanche, on connaît peut-être moins le parcours de sa géniale créatrice, mademoiselle Gabrielle Bonheur Chasnel dite Coco Chanel. Cet ouvrage revient sur les évènements marquants de sa vie, ses influences, ses relations, qui ont fait d’elle l’ambassadrice de la mode et de l’élégance parisienne. Un livre très documenté qui ravira les passionnés comme les profanes.


« Moi, Eugénie Grandet », Louise Bourgeois,

« Moi, Eugénie Grandet », Louise Bourgeois

Éditions Gallimard, collection Le cabinet des lettrés
144 pages
16,00 Euros
Artiste majeure de la scène contemporaine, Louise Bourgeois (1911-2010) nous livre dans cet ouvrage sa dernière création originale, spécialement conçue pour le musée de la Maison Balzac à Paris. Cette exposition « Moi, Eugénie Grandet » qui a lieu du 3 novembre 2010 au 6 février 2011, s’inspire largement de l’héroïne de Balzac qui a influencé Louise Bourgeois tout au long de sa carrière.
Ce livre est donc un témoignage de l’artiste qui revient sur son enfançe, son parcours et enfin sur cette création, composée de 16 panneaux de broderie. Ultime hommage de Louise Bourgeois à son modèle.


« Le monde animalier », Ohara Koson

« Le monde animalier », Ohara Koson

Éditions Bibliothèque de l’image
80 pages
25,00 Euros
Contrairement à des artistes comme Hiroshige ou Hokusai reconnus pour leurs paysages japonais, Ohara Koson (1877-1945) nous a livré presque exclusivement des représentations de plantes ou d’animaux.
Les estampes animalières présentes dans cet ouvrage témoignent de la remarquable maîtrise de l’artiste. Cette monographie, la toute première à lui être consacrée en France, est une véritable réussite et nous permet d’admirer les talents d’un peintre jusque là trop peu connu.


« Le mélange des genres » Martin Parr/ Quentin Bajac

« Le mélange des genres » Martin Parr/ Quentin Bajac

Textuel Éditions
19,90 Euros

Photographe majeur de sa génération, Martin Parr parle néanmoins peu de son art.
C’est désormais chose faite grâce à cet ouvrage qui est une conversation de l’artiste avec Quentin Bajac, chef du cabinet de la photographie du Centre Georges Pompidou.
Cet entretien nous permet de revenir sur ses influences, ses années d’apprentissage et nous donne les clés de ce qui fait de lui un artiste à part: un regard social et humaniste, à la fois ironique et empathique avec une prédilection pour la société de consommation ou encore le tourisme de masse.
Un ouvrage passionnant sur un artiste qui nous pousse à nous interroger en permanence sur notre société.


Portraits de brousse, Oumar Ly

« Portraits de brousse », Oumar Ly

Editions Filigranes

oumar.jpg
Tout commence lorsqu’Oumar Ly, jeune photographe sénégalais, ouvre un studio à Podor et réalise des prises de vues pour l’administration dans les villages environnants. Sur l’invitation des villageois, Oumar Ly continue de sillonner la région en se consacrant à la photographie de portraits en noir et blanc. En résulte une collection impressionnante de clichés qui témoignent de l’évolution de la société de la vallée du fleuve Sénégal (des années soixante et soixante-dix en ce qui concerne cet ouvrage). La singularité du travail d’Oumar Ly tient autant au décor utilisé (pour élaborer un fond, un cadre, le photographe s’aide des moyens du bord c’est-à-dire un boubou tendu, la portière d’une voiture…) qu’aux poses des personnes photographiées, des plus dignes aux plus farfelues, et aux vêtements qu’elles portent, des plus traditionnels aux plus modernes.
C’est parfois cocasse ou insolite, souvent très beau.
Consultez aussi le site de Oumar Ly